samedi 3 avril 2010

Mesure et acoustique - partie 1

S'il est un élément essentiel en matière de son c'est l'acoustique. Le son est une onde qui se propage dans l'air régie par des lois précises.

Alors que faut-il en retenir ? Les ondes sonores se propagent dans l'air à 20°C à une vitesse autour de 340 mètres par seconde. Le front de l'onde est en règle générale le point de repère qui est utilisé pour représenter l'onde qui oscille en permanence selon un rythme dépendant de sa fréquence et des obstacles qu'elle rencontre. Naturellement l'onde ne se déplace pas physiquement mais fait vibrer les molécules d'air sur son passage qui se transmettent la pression acoustique de molécule à molécule, puis vibrent résiduellement sur leur position avant de reprendre un état stable. La pression acoustique varie donc en fonction du temps de propagation et de la distance parcourue.

Comme toute onde, lorsqu'elle rencontre un obstacle, une partie de l'onde est absorbée, une autre est réfléchie et/ou réfractée selon la nature de la matière. L'observation de ce phénomène est naturellement plus simple sur les ondes lumineuses, celles-ci étant visible, mais dans les grandes lignes le principe reste le même.

La musique est constituée d'un train d'ondes complexes formant mélodie et combinant harmonies et consonances. Il est fort difficile de "mesurer" une musique dans la mesure où relevant de l'art et non uniquement de la psychoacoustique. De ce fait les tentatives d'établissement d'acoustique musicale ont essayées de combler le trou existant entre art et physique mais avec fort peu de succès pour le moment.

Je vous propose la lecture du dictionnaire Wikipedia des termes utilisés en acoustique musicale afin que nous nous référions aux mêmes notions de la même manière. Ce dernier est relativement bien fait et suffisamment généraliste.

Afin de vérifier dans quelle mesure le local influence ou non la restitution de la musique à notre oreille je vais effectuer aujourd'hui pour vous quelques mesures et tenter de vous permettre de reproduire cette expérience facilement. Qu'en est-il des impératifs de linéarité de nos enceintes acoustiques ? Qu'en est-il réellement des bosses et creux observés sur fréquences unitaires ? Qu'en est-il de la modification apportée par égalisation sur un flux bit perfect ? Ce sont autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre simplement.

L'environnement de mesure se fera dans une salle d'écoute composée de murs porteurs pleins. La façade étant composée d'un vide isolant acoustique entre le mur extérieur et la pièce. La pièce est donc très bien isolée naturellement sans murs creux, le sol et plafond sont en dalle de béton. Le triangle d'écoute est équilatéral de 2,80m (écartement centre de la caisse d'enceinte et distance à l'écoute assise), la face des enceintes est éloignée de plus de 80cm du mur arrière et l'axe des haut-parleurs de 80cm environ.


Il apparait également important de prendre en compte l'ensemble de la chaine de reproduction et de la laisser en l'état pendant toute la durée des tests du fait que le changement d'un élément va changer à la fois les timbres et la réponse en fréquence potentielle de la chaine de reproduction cible.

Ainsi, lorsque l'on va changer de source, de câble d'alimentation ou même de câble de modulation, il sera sans doute nécessaire de refaire des mesures. Cette perspective n'est pas très engageante, mais essayons tout de même de nous y astreindre.

L'environnement de mesure étant présenté, dans un prochain article nous étudierons les éléments utilisés pour la mesure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire