mercredi 21 juillet 2010

Accessoire audiophile : Le RendistoR d'Esprit High End Audio

Esprit High End Audio fait partie des petites structures axés sur les créneaux de niche du monde de l'audio haut de gamme proposant des produits à la fois innovants et audiophiles. Outre un rayon câble haut de gamme bien fourni et les quelques accessoires également centrés sur l'amélioration du son, le RendistoR fait partie de la liste d'accessoires originaux portés sur la suppression des vibrations et ondes parasites.


En retraçant l'historique de Richard Césari et sa première structure Esprit Câbles à partir des informations collectées ici et là, on s'aperçoit qu'au delà de la polémique que l'on pouvait lire sur certains de ses produits, son entreprise semble porter un soin important à l'aspect artisanal ainsi qu'à la production de produits de qualité. Depuis 2009, l'activité reprend sous un nouveau nom, une nouvelle ligne de câbles et d'accessoires sont mis en vente. La fabrication du RendistoR reprend à bon rythme et il est désormais possible de le commande via le site Internet pour un prix nettement plus réaliste que lors de sa première mise en vente.

Notre attention s'est donc portée principalement pour le moment sur le RendistoR, élément issu de la recherche sur les phénomènes de polarisation et aujourd'hui utilisé également comme composant par certains industriels fabricants d'enceintes ou d'accessoires pour instruments de musique.

Edition: Il faut noter que celui-ci a fait l'objet d'une demande de dépôt de brevet dont la publication n'a semble-t-il pas été à son terme. 


Sur le site du fabricant, on peut lire que le RendistoR traite les problèmes d'hyperfréquences inaudibles pour l'oreille humaine mais très perturbantes lors de l'écoute. Le principe du composant décrit sur le site du dépôt de brevet permet de constater à la fois la simplicité et la compacité de l'ensemble : 

Le courant (30) passant dans le composant polarise le diélectrique (3) avec lequel il est en contact. La nature de ce diélectrique n'est pas précisée. Un conducteur central (2) dont la composition n'est pas non plus précisée sépare les deux zones de diélectrique en diagonale :

(schéma du RendistoR que l'on peut trouver attenant au brevet)

Montage :

Le RendistoR peut s'utiliser de plusieurs manières, à la fois sur les électroniques et plus précisément sur les étages d'alimentation, mais également et principalement sur les filtres des enceintes.



L'installation du RendistoR peut se faire simplement par vissage sur les borniers d'enceinte. 

 
Pour une meilleure solidarité et éviter les vibrations toujours néfastes aux composants électroniques, je conseille de les solidariser avec un ensemble de colliers de serrage de très petite largeur. Pour une meilleure visualisation sur la photo ils sont volontairement non coupés. Il convient de les couper au ras de la jointure à l'aide d'une paire de ciseaux ou de pinces coupantes.


Esprit Audio conseille d'utiliser idéalement un RendistoR par bornier en cas de bi-câblage. En cas de mono câblage, il est également possible d'utiliser un seul RendistoR en le mettant à cheval entre le + d'un borner bas et le - du bornier haut.

L'idéal est à priori un montage direct à la sortie du filtre, pour cela il est nécessaire de souder les RendistoRs en parallèle des sorties des câbles en liaison avec les haut-parleurs.

L'écoute:



En premier lieu une certaine gêne se fait sentir, comme une impression d'un effet de projection du son. Un changement dans l'équilibre de la reproduction des enceintes m'oblige à reculer et écarter à la fois les enceintes d'une quinzaine de cm. De cette manière on retrouve l'équilibre normal attendu de  l'image stéréophonique. Ce petit réglage étant fait, la première idée qui vient est donc qu'un effet est déjà présent sous la forme d'une certaine ouverture et clarté de la scène sonore.


L'effet de ces petits additif se fait ensuite sentir en plusieurs étapes :


Sur les ProAc Studio 140, l'adjonction du RendistoR sur les borniers de bicâblage des enceintes amène immédiatement une impression de changement qui va nécessiter un peu de temps pour en saisir les nuances et subtilités.


Le premier test que je réalise en général est de retirer les grilles de protection puis d'écouter directement le son produit par les hauts parleurs des enceintes sans voile. Dans ce mode, lorsque les RendistoRs sont en place on distingue assez nettement une différence de timbre sur le médium, les voix bien plus justes et réalistes, les micro-informations fourmillent plus naturellement également. La première déduction qui vient donc naturellement est que le RendistoR induit via l'optimisation du filtre un effet sur la clarté du message.

La séparation des instruments gagne en crédibilité sans devenir excessive ou accuser un détourage caricatural. Les accessoires notamment au Rhodium dont on peut certaines fois palper la légère dureté s'effacent totalement devant la musique. 

Les timbres semblent conservés sans être modifiés, la qualité des silences semble accrue car le bruit de fond a considérablement diminué sur des plages où il est significatif. Du coup, la combinaison avec les conducteurs de courant au Rhodium prend également en quelque sorte un réel sens. Il s'agit là fort probablement d'un second effet induit par optimisation de la section de filtrage des enceintes.

Sur les instruments assez difficile comme le piano qui génère souvent sur les enregistrements de près une certaine frustration due à la compression dynamique en 44.1KHz, le gain en matière et en réalité est perceptible, toujours sans agressivité. On peut alors en déduire notamment que le potentiel de cette enceinte ProAc est sous évalué et positivement influencée par l'adjonction de ces accessoires.

Quelques écoutes de disques en détail :

Sur Radiance, Partie 2 de Keith Jarrett par exemple, l'amélioration portée semble libérer plus d'informations et la musique semble plus réelle, les accents vocaux portés par le pianiste ne viennent pas brouiller le message musical mais s'y superpose si bien qu'on peut suivre plus facilement son état d'esprit et fusionner musicalement. De même, sur les études de Chopin par Nikita Magaloff la scène pianistique prend une dimension aérienne, on sent que les enceintes suivent à un rythme nouveau.

Sur Totem Pole de Lee Morgan (album the Sidewinder), tous les instruments gagnent légèrement en lisibilité, le timbre de la trompette est naturel, sans projection, chaque instrument est bien en place. On saisit le typage de prise de son jazz où l'accentuation de certaines fréquences amène l'ambiance et casse le côté monitor/mixage qui peut donner une certaine impression d'artificiel.

Sur Marche miniature viennoise de Fritz Kreisler interprétée par la tribu Capuçon, les timbres sont réellement très naturels et la scène sonore s'étale avec majesté sur une étendue insoupçonnée à la portée de ce type d'enceinte.

Sur Chris Rea, On the Beach, la séparation des plan est d'une netteté idéale, ni trop découpé, ni masquée, le mouvement de vagues à l'arrière plan est palpable, on imagine la batterie posée sur la plage juste devant la houle, Chris Rea au premier plan un bon mètre devant sur la droite, son bassiste à gauche en retrait. Tout ceci est trop crédible par rapport à l'écoute habituelle pour ne pas être remarqué explicitement.

Sur Scott Ross, sur la première suite de Jean-Henry d'Anglebert, le clavecin s'étale avec majesté dans l'espace avec réalisme sans projection. Les nuances de cet instrument à corde sont subtiles et difficile à saisir sur un matériel faisant preuve de peu de précision analytique. Ici, le jeu apparait naturel et profond, les résonances ne viennent jamais voiler le message musical, on saisit la frappe des touches avec aisance, c'est fort bien à nouveau.

Sur Katie Melua album Collection, 9 million bicycles, la mise en place a gagné près de 1m en retrait et l'impression physiologique assez marqué de la prise de son semble être considérablement atténuée, sans doute du fait du raffermissement plus crédible indéniable du bas du spectre. La scène sonore est ici très étendue, le son est holographique sans excès, sans gonflement, comme voulu par le preneur de son. Le comportement au niveau de la précision de l'enceinte est à nouveau surprenant. Le spectre grave prend également une dimension nouvelle avec un affermissement supplémentaire et une tenue exemplaire.

L'excellent concerto pour violoncelle numéro 1 de CPE interprété par Hidemi Suzuki qui à l'habitude met en valeur la coloration excessive des électroniques sur les cordes et les bois apparait ici d'une neutralité fort agréable sans cette pointe acide que l'on peut en général déceler sur nombre d'enceintes sur le haut du spectre. La profondeur de scène est de plus palpable et à nouveau fort étendue.

Après un temps d'usage :

Dans un second temps en observant de plus près, plus de détails subtils sont audibles sans être poussés au premier plan comme à l'image de certains appareils analytiques. Tout ceci est fort subtil, l'amélioration portée sur le filtrage n'est pas en elle même spectaculaire mais amène foultitude de choses en plus qui crédibilise la reproduction. Naturellement, on imagine que le résultat final peut varier en fonction du soin apporté au filtrage de l'enceinte et du câblage interne utilisé, cependant, vu le procédé il est difficile d'imaginer qu'aucune amélioration ne soit perceptible.



La scène sonore s'assagit, en fait toute trace d'agressivité disparait même face à des électroniques dites au timbres un peu métalliques par moment et présente une étonnante restitution au caractère plutôt aux accents analogiques. La compression dynamique face à cette situation est d'autant plus palpable où les forte pouvaient être ressentis comme exagérés sont présentés de façon maîtrisés et finalement assez réalistes. On monte le volume même dans un faible volume de salle avec plaisir ...


Si l'ensemble s'affine par pallier, la grande majorité de l'effet se trouve présent dès les premières heures d'écoutes. Le ratio suggéré par Mr Césari de 70% d'effet immédiat me semble convenir, je dirai même 80%, car il correspond en quelque sorte à une certaine forme de libération du filtre de l'enceinte et des haut-parleurs.


En conclusion je pense que l'adjonction de ces petits accessoires au regard du prix d'une enceinte audiophile de qualité reste un investissement relativement faible. L'apport est indéniable à mon oreille, aussi je recommande fortement leur utilisation sur les modèles d'enceintes déjà performantes qui en général sont associées à du matériel capable d'exprimer la musique avec grand naturel. Je reste cependant réservé sur l'intérêt d'adjoindre de tels composants à des petites enceintes ou du matériel d'entrée de gamme.


J'aurai également volontiers testé l'adjonction du rendistor sur les étages de filtrage de l'alimentation des amplificateurs, mais je n'ai plus de RendistoR sous la main.

10 commentaires:

  1. bonjour, il serait intéressant de faire une écoute "sans" après une longue période "avec".

    RépondreSupprimer
  2. en standard sur Alegria chez PE Léon...

    RépondreSupprimer
  3. Merci d'avoir apporté sur votre page les précisions concernant la demande de brevet. Je n'ai rien contre ce produit, mais contre le principe d'utiliser un simple dépôt de demande comme gage de respectabilité scientifique.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  4. je vous en prie, le but de cet blog est purement informatif et n'a aucune vocation publicitaire ou commerciale !

    RépondreSupprimer
  5. Avez vous testé d'allumer et d'éteindre les rensistors pendant l'écoute, par exemple avec un petit interrupteur?

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai pas été jusqu'à ce point de mes tests, le retrait et l'ajout étant parfaitement audibles même à quelques minutes d'intervalle.

    RépondreSupprimer
  7. Je vous cite :
    "J'aurai également volontiers testé l'adjonction du rendistor sur les étages de filtrage de l'alimentation des amplificateurs, mais je n'ai plus de RendistoR sous la main."

    Ah, bon, vous trouvez un produit qui améliore vos enceintes comme vous le dites dans votre test, vous ajoutez que vu le prix, ce serait bête de s'en priver... Et voilà, que vous n'en avez plus sous la main, vous ne les avez donc pas acheté ou bien le concepteur a refusé de vous en faire cadeau ?

    RépondreSupprimer
  8. J'en ai acquis 4, ce qui est déjà bien je trouve. Je n'ai pas encore demandé à Mr Césari un prêt supplémentaire, mais pourquoi pas, à l'occasion ...

    RépondreSupprimer
  9. le prix du rendistor? A quelle adresse peut on le trouver? pour la reponse ,merci de l envoyer sur l adresse mail qui suit:romele36@orange.fr.cordialement

    RépondreSupprimer
  10. Rendez vous sur le site de Esprit High End Audio pour tous les renseignements d'ordre commerciaux

    RépondreSupprimer