vendredi 25 mars 2011

M2Tech hiFace EVO




Il y a quelques mois je vous ai proposé un article relativement complet sur le Hiface, article d’entrée de game de M2TECH offrant la possibilité de transformer un PC en véritable système dématérialisé de haute qualité.

Quelques mois plus tard, un nouveau produit est sorti proposant une évolution intéressante de transfert de données audio muni de plusieurs types de sorties. Le M2Tech hiFace EVO propose un pas évolutif supplémentaire par rapport au Hiface à la fois au niveau de la qualité sonore mais également des possibilité en matière de connexion.

Le M2TECH hiFace EVO est un dispositif externe qui ne se connecte pas directement au PC et nécessite l’utilisation d’un câble USB. De ce fait, nous allons en profiter pour tester si les différents types de câbles ont une influence sur la restitution sonore ou pas.

Les sorties disponibles sont simultanément* :

  • coaxiale par fiche RCA, jusqu’à 24 bits et 192KHz
  • coaxiale par fiche BNC, jusqu’à 24 bits et 192KHz
  • Optique TOSLINK, jusqu’à 24 bits et 96KHz **
  • Optique ST, jusqu’à 24 bits et 192KHz
  • AES/EBU sur prise XLR, jusqu’à 24 bits et 192KHz
  • I2S, jusqu’à 24 bits et 192KHz

* le hiFace EVO propose un transport des données à toutes les fréquences d’horloge courantes 44.1KHz, 88.2KHz, 96KHz, 176.4KHz, 192KHz sur 16 ou 24 bits.

** le constructeur précise que sur certaines configuration il est possible de monter jusqu’à 192KHz sans pour autant donner plus de détails

Pour les personnes disposant d’une installation très sophistiquée et complète, il est également possible de brancher une horloge externe par une prise BNC dédiée à cet effet.


La construction de l’électronique a été soignée avec une isolation galvanique sur chaque sortie (sauf l’I2S qui n’en a pas besoin), l’adjonction de deux horloges qui évitent d’utiliser celle du PC à l’origine d’une gigue (jitter) importante. Le bruit de phase a été considérablement amélioré et l’alimentation soignée en apportant un meilleur environnement aux oscillateurs des horloges dont les déviations tombent de 2 à 5 ppm (partie par million) à mettre au regard de 50-100ppm des oscillateurs courants.

L’EVO est un appareil fort utile également pour une sortie simultanée sur plusieurs destinations dans la mesure où toutes ses sorties diffusent le flux sonore simultanément. Cela permet également par exemple des comparaisons entre plusieurs DACs, sortie optique de PC, etc... Vous remarquerez que j’ai bouchonné les sorties non utilisées pour limiter les interférences et propagation des ondes par leur biais. Les bouchons sont constitués de largeur de feuilles d’aluminium de 4cm pliées en 2 puis roulées autour de la sortie. Pour tenir le tout un collier de serrage garantit l’insertion et l’extraction rapide sans le déformer.

Protocole de test :

L’ensemble des tests réalisés ont été effectué à l’aide du PC Audiophile décrit dans l’article du blog, le pilote pour Hiface EVO en 64 bits 1.0.3, un câble USB sans nom courant, un câble USB Wireworld Ultraviolet USB, un câble S/PDIF coaxial sans nom, un câble Supra optique Z, une alimentation de grade médical 12V 1A et une alimentation standard 9-12V 1A pour disque dur externe.

Sensibilité à l’alimentation :

Pour tester la sensibilité réelle du transport EVO à l’alimentation, un test avec de multiples sources a été effectué.

Deux alimentations de qualité progressives ont été utilisées. En premier lieu, une alimentation classique de disque dur externe sans terre, puis une alimentation un peu plus sophistiquée composée d’une alimentation de table de grade médical et d’un câble 2x2,5mm² bipolaire en masse totale terminé par une prise de terre.

Pour finir nous avons également monté une alimentation constituée d’une batterie rechargeable LiIon 7,2V 500ma reliée par un boîtier fait maison. Cette option n’est pas à exclure en raison du temps de charge qui reste relativement court entre deux séances d’écoute d’une soirée.

A chaque palier de sophistication de l’alimentation, on constate qu’une petite amélioration sur la définition du son est présente. Naturellement, ces paliers sont faibles et ne peuvent être qualifiés de révolutionnaires, cependant je pense que dans l’absolu ils sont d’un intérêt dont on ne doit pas se priver.

Je reste sur mon conseil d’alimentation de table de grade médical qui je trouve apporte une clarté indéniable par rapport à une alimentation traditionnelle. L’apport d’un câble audiophile est également à noter car cet équipement me semble également sensible à celui-ci. J’ai pour terminé mes écoutes au final opté pour un couple Alimentation 12V a sortie bipolaire de chez Conrad (le modèle présenté ici est avec prise IEC directe) et un câble secteur avec prises Furutech Shuko + FI-E38R Rhodium + IEC FI11-G + câble Oyaide Tunami GPX



+ un adaptateur IEC 3 pôles vers 2 pôles



Sensibilité au câble USB :

Afin de déterminer si le boîtier est sensible ou non au transfert de données selon le câble utilisé, un câble simple utilisé pour la connexion de disque dur externe et un câble Wireworld Ultra Violet vont être tour à tour utilisés. Le reste de la connexion du système reste identique.

Avec le câble standard, l’image globale est juste, éthérée, plus aérienne, disons plus fine mais également moins précise et et donc moins réaliste. Le placement des instruments est excellent mais n’a pas la justesse qui fait que l’on ne tend pas l’oreille pour déterminer précisément d’où le son provient.

Lorsque l’on branche le câble Ultraviolet, l’ensemble apparaît plus présent et charnel, plus défini également donc plus analytique. La scène sonore gagne en holographie générale et la précision du placement des instruments acoustiques également. Au delà d’un gain pur il s’agit également d’un typage d’écoute, au même titre que celui que l’on peut observer sur les câbles de modulation … C’est un sujet délicat, mais ce que l’on voit au niveau du protocole d’échange isochrone asynchrone est bien justifié macroscopiquement, à savoir que des informations peuvent échapper à la réception...

Après mure réflexion, le reste de la session d’écoute sera réalisé à l’aide du câble Ultraviolet.

Ecoute :

Au premier abord, il est important de laisser le module alimenté car quelques duretés dans le haut du spectre sont observables à froid et notamment tout comme une plus grande sensibilité au sens d’alimentation. Comme toutes les électroniques les condensateurs et autres composants demandent un minimum de rôdage et d’acclimatation à la configuration cible. Une bonne heure de chauffe semble nécessaire, il est par conséquent conseillé de laisser le module sous tension en permanence vu que sa consommation au repos est très faible.

Le premier test consiste à voir dans l’absolu ce qu’une source de cette qualité apporte à un équipement non audiophile et à cet effet, une écoute est réalisée sur un amplificateur AV Teac 5.1 en stéréo. Le mode bypass est activé pour shunter l’ensemble des réglages de volume et de tonalité, les fonctions Dolby sont également débrayées. L’amplificateur est donc exploité en mode 2x100W. L’hiFace EVO est connecté d’abord en liaison optique à l’aide de 3 câble.

Le premier câble est une fibre acheté chez en grande surface hifi généraliste, câble moulé plastique, connecteur plastique.



Une fois branché, le son est au rendez-vous, l’amplificateur distille une musique fluide et correctement définie, les accents du médium sont agréables et en poussant le son, on obtient un étagement des plans sonores certes peu profond mais présent. Le DAC intégré 24/96 de cet appareil est donc relativement bon dirons nous ! On constate cependant une légère traîne dans le bas du spectre, l'extrême bas est très en retrait.

Un fibre Supra ZAC est ensuite utilisée.


Supra ZAC

Sa construction est un peu plus soignée, notamment au niveau du conducteur par le Zero Attenuation Concept (ZAC) permettant notamment même en flexion de limiter les phénomènes de pertes par divergence.

L’écoute montre une restitution identique en grande partie, mais ce qui frappe, c’est une plus grande définition du bas du spectre et une profondeur dans l’étagement des plans qui correspond plus à ce que l’on attend d’un équipement hifi. Il apparaît donc une différence notable avec la fibre de base. Notons qu’il n’est pas pas contre possible de dire si cela vient précisément de l’hiFace EVO, du DAC de l’ampli ou des deux …  

Un fibre Supra X-ZAC est ensuite utilisée. Sa connectique est plus soignée avec une finition métal doré et usinée au plus près des prises femelles disponibles sur les équipements. L’insertion du connecteur se fait d’ailleurs avec un serrage qui se sent physiquement comme plus “solide”.
Supra X-ZAC

L’écoute montre une restitution ayant gagné en définition, des plans sonores également bien étagés et surtout un spectre sonore présentant l’extrême bas du spectre. Il apparaît donc à nouveau une différence notable avec la fibre de base et plus mitigée, mais présente avec la fibre Supra ZAC.

Un câble RCA Digital de base de chez Boulanger est ensuite branché sur le port Coaxial de l’EVO, puis en cascade sur L’amplificateur.

Une écoute attentive en comparaison entre la sortie Digitale via câble Optique X-ZAC et Analogique montre une plus grande aération et naturel de la seconde configuration. Les timbres sont mieux respectés et naturels, l’étagement des plans plus holographique en hauteur et profondeur. L’avantage va indéniablement à la configuration coaxiale économique.

L’hiFace EVO est un transport performant qui montre que même avec une amplification moyenne, on est capable d’apporter un niveau musical et réaliste à un niveau que l’on en pouvait soupçonner à ce niveau de prix. Il constitue un transport pour musique dématérialisée de premier choix pour une configuration moyenne devant évoluer dans le temps.

Plusieurs écoutes ont été ensuite faite sur différents systèmes haut de gamme. Ce qui frappe au premier abord, c’est la précision incisive des informations distillées à la fois en sortie BNC et AES/EBU. Dans les deux cas, le son est charpenté, ample, la scène totalement au reflet de l’enregistrement tantôt plate, tantôt totalement holographique au point de ne plus saisir les limites de la pièce en fermant les yeux. Les timbres sont justes et clairs, les positions des instruments définies et ce qui frappe à nouveau c’est que les différents registres sont à leur place sans excès de l’extrême basse à l’extrême aigu. Sur ce type de système, à la fois la phase et le câble d’alimentation deviennent un réel élément dont il faut bien tenir compte, car si le dernier teinte quelque peu la restitution, le premier la gâche … Il conviendra donc de bien chercher le sens de la phase avant de pousser toute écoute.



Sur Made in England de Elton John, la prise de son live du piano Yamaha est précise, les notes tintes juste et mettent en valeur la mauvaise prise de son par sa réverbération excessive et l’écho sur la voix du chanteur. On est immergé et en poussant le son, aucune agressivité ne survient contrairement à ce que l’on voit avec beaucoup de sources qui fatiguent rapidement sur l’extrême aigu de ce morceau.



Sur Tin Pan Alley de Stevie Ray Vaughan, on pourrait redouter l’effet d’un excès de définition sur du tout électrique, mais au contraire, on découvre une prise de son extrêmement bien faite et équilibrée, sans excès qui livre une guitare électrique fluide et dont les pincement de corde coulent avec musicalité. Le jeu de basse est détaché en arrière plan, sans excès tout en descendant dans les extrême avec justesse et maîtrise.

Si la musique moderne coule, il en va de même pour le classique dont la majesté s’exprime avec justesse et plénitude.


Sur Duos for violin and cello : Invention No.8 in F major BWV 779 de JS Bach revisités par les frères Capuçon, ceux-ci se découvrent avec justesse, le violon délivre des coups d’archets précis et réalistes avec une attaque de violoncelle pleine et précise en contre-chant. La rapidité et la dynamique permettent une mise en scène d’une précision redoutable sur ce tout petit ensemble.


Sur une symphonie imaginaire de JP Rameau, l'ouverture Zaïs est majestueuse, juste, précise et les coups de timbales résonnent avec majesté.

Si l’on peut considérer que par certains côtés, le hiFace de base arrondit les angles et présente une musique plus approximative, il peut par également suffire à des systèmes audiophiles modestes. En faire trop risque de rendre le matériel courant caricatural et casser le petit côté fluide et analogique que l’on peut apprécier au travers de ces transports.

Optimisation du lecteur et du PC :

Sur ce type de transport, on se rend vite compte qu’il est nécessaire de bien configurer et optimiser le PC dans la mesure où chaque chose influe sur la restitution, aussi bien le suréchantillonnage intégré, que les paramètres de réglages relatifs au bits de framing et de temporisation du tampon du lecteur. Ce dernier devra être ajusté manuellement en fonction de la machine, même si dans l’ouvrage proposé sur le blog, une taille par défaut est proposée.

L’alimentation du PC devra de préférence être soignée. Les PC portables se verront sans doute avantagés par rapport aux configuration de bureau. Ces dernières,  dont le rayonnement intérieur sur le bus PCI et la partie bus USB est quasi impossible à maîtriser, bénéficieront  d’une dérivation d’alimentation sur une alimentation parallèle extérieure de grade médical. On pourra également travailler à blinder soigneusement les zones rayonnantes et sélectionner une alimentation interne de grade audiophile.

Je reste convaincu qu’un PC bien préparé constitue une source audio bien plus performante qu’un Mac sous iTunes équipé d’une liaison optique. J’ai d’ailleurs pu à nouveau en faire l’expérience la semaine dernière lors des écoutes d’éléments Audiomat. La comparaison est à mon oreille réellement sans appel.

Page du constructeur : http://www.m2tech.biz/evo.html

16 commentaires:

  1. Un comparatif avec une interface M2tech Hiface ou Musiland USD 01 serait intéressant. Car ce type d' équipement apporte réellement un plus aux sorties numériques SPDIF ou coaxiale des MAC ou PC.

    Philippe

    RépondreSupprimer
  2. A vrai dire, pour avoir eu le hiFace standard pendant un moment également, j'ai pu observer des différences mais là encore quant à les quantifier exactement, les termes sont difficile à choisir pour qu'ils soient compris par tous... Ce qui est certain c'est que ce transport fournit bien plus d'informations que le précédent sans bricolage, il apporte de plus une liaison AES ou I²S qui permet de maximiser la qualité du transport. Le hiFace EVO est par contre assez long à roder et nécessite également 2 bonnes heures d'utilisation avant de donner son plein potentiel. C'est un élément qu'il faut garder à l'esprit lors de tests.

    RépondreSupprimer
  3. mon dieu, tout ça pour compenser des défauts qui n'existent pas avec le protocole firewire ...

    A moins que je ne me trompe, qu'en dites vous ?

    RépondreSupprimer
  4. un peu simpliste non comme remarque ? sur quel fondement étayez-vous votre propos ?

    Le protocole Firewire, même s'il est plus sécurisé à la base n'apporte pas plus de solution au jitter à mon goût.

    D'autre par l'hiFace EVO apporte un ensemble de connectivité très évolué comme l'AES/EBU ou l'optique ST... tout ceci est bien plus rigoureux que le FireWire en application professionnelle.

    RépondreSupprimer
  5. Puisque vous parlez de rigueur professionelle
    ...
    Vous branchez l'interface à un ampli/préampli via une fibre toslink et vous en concluez : "Le DAC intégré 24/96 de cet appareil est donc relativement bon dirons nous !"
    Or, dans le branchement présenté le DAC interne n'est pas utilisé...
    puisqu'on sort en toslink (numérique) !!

    RépondreSupprimer
  6. Vous n'avez pas tout compris ou mon article n'est pas assez bien rédigé. Dans cette partie du test, l'ensemble est branché sur un ampli Teac qui dispose d'un DAC 24/96 intégré. Je parlais de ce DAC précisément.

    RépondreSupprimer
  7. Bravo pour votre test.
    Le seul petit reproche concerne votre appréciation sur le câble optique Supra X-ZAC. En effet j'ai pu comparer en direct la différence entre ce câble et un câble numérique Rca Black Cat Cable. On peut dire qu'il y a peu de différence. Cependant dans ma configuration je peux vous affirmer que le câble optique me semble un peu meilleur (en entrée sur un Wadia 151 PowerDac mini). J'en déduis donc que, si votre matériel a une entrée Toslink de haute volée, vous pouvez rivaliser avec une Rca. Ne rejetons pas d'emblée une entrée pourtant largement décriée. En fait je me demande encore pourquoi !!! Ceci dit la M2Tech Evo est une petite merveille (avec une super alim, voir ici
    http://www.squeeze-upgrade.com/squeezeupgrade-lineaire-voeding-voor-m2tech-hiface-p-1609.html?language=en )

    RépondreSupprimer
  8. Pour vous, avec votre système et vos oreilles, diriez vous que la différence de tarifs entre l'hiface et l'évo est justifié?

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour ce commentaire constructif qui aidera sans aucun doute nos lecteurs à s'y retrouver :)

    Nul doute qu'une sortie optique soignée sur un DAC doit donner de meilleurs résultats, cela dit, il semble que cela ne soit pas monnaie courante sur le marché ... donc, loterie contre certitude, ma faveur va à ne pas prendre de risques.

    RépondreSupprimer
  10. "Pour vous, avec votre système et vos oreilles, diriez vous que la différence de tarifs entre l'hiface et l'évo est justifié?"

    Oui je le pense, le delta est réellement important mais attention, encore une fois, sur des appareils d'un coût avoisinant les 3K€ pièce. En deçà, j'hésite à dire si "le bonus en vaut la chandelle".

    RépondreSupprimer
  11. bonjour,

    au delà de toutes les précisions extrêmement techniques exposées ici, qui je l'avoue me dépasse, n'étant suffisamment calé dans le domaine, je souhaiterais connaitre l'utilité exacte de ce type d'équipement.

    Je suis équipé d'un ampli ARCAM, auquel je souhaite connecter un pc de bureau (montage en cours)dédié quasiment qu'à l'écoute de musique en streaming (abonné SPOTIFY)mais aussi de fichier type mp3 et autre type de formats.

    Rassurez vous j'écoute aussi mes CD.

    Je recherche en fait à améliorer la qualité du signal sortant et faire disparaître les bruits parasites provoqués par le pc.
    Par ignorance,mon interrogation principale est donc de savoir si cet équipement est réellement adapté à mon besoin.

    Merci d'avance à ceux qui répondront à ces interrogations de candide.

    Ludovic

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,

    Il est effectivement intéressant d'intercaler un équipement complémentaire pour sortir la musique au format numérique au lieu de laisser le PC faire la conversion. Cela éliminera effectivement toute trace de parasite ! Vous pouvez je pense vous contenter d'utiliser une liaison USB avec un petit DAC Arcam RDAC par exemple pour démarrer. Ces éléments sont amplement suffisant pour restituer du MP3 et du streaming Spotify

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour,

    Après plusieurs essais de câbles USB en entrée de la M2Tech Evo, il est incontestable que le câble Wireworld Starlight Platinum USB apporte une très nette amélioration à tous points de vue (basses plus profondes, aigus plus soyeux et quelle dynamique) mais hélas tout ceci a un prix non négligeable (590€) !!!

    Yves

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Yves,

    Avec le recul, il est je pense incontestable que le soin apporté à la fabrication du câble USB ait une influence sur la qualité sonore avec le hiFace EVO. Cela dit, à ce prix tout de même important, il est indispensable que le reste des équipements soit à la hauteur afin de garder une homogénéité en terme qualitatif.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  15. Utilisant un PC en source vers un DAC relié en usb, je suis limité au format cd 16bits/44,1KhZ.
    Par curiosité j'aimerais pouvoir lire les fichiers HD 24/192kHz, toujours en utilisant un port usb de l'ordi.

    Ce M2Tech HiFace EVO est la solution ?
    C'est son seul role ?

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,

    La solution est simplement d'utiliser la fonction de rééchantillonnage du logiciel pour expliquer à ce dernier de convertir à la volée votre fichier 24/192 en 16/44.1 KHz

    Utiliser un hiface ne changera pas le fait que votre DAC est limité en termes de lecture. A moins que son entrée S/PDIF accepte de la haute définition ... comme vous ne précisez pas le modèle, difficile de deviner :)

    RépondreSupprimer