lundi 21 février 2011

Egalisation, le crève coeur audiophile

Nombre sont les audiophiles qui associent naturellement l'égalisation au procédés utilisés dans les années 80 en hifi pour corriger sauvagement quelques bandes de fréquences en introduisant au passage une bonne dose de distorsion et de crachotements.

A l'ère du tout numérique il convient de se poser la question de savoir quel peut être l'intérêt d'introduire une correction active du signal sans introduire de mécanique analogique dégradant l'ensemble ? De nos jours les égaliseurs paramétriques sont totalement numériques, traitant des fréquences par lot ou unitairement en leur appliquant de savants algorithmes de filtres précalculés ou programmés.

Si l'ajout de tel dispositif sur le trajet du signal sous forme de matériel est toujours sujet à discussion, mon intérêt se porte pour ma part à son intégration sous forme totalement logicielle à la source du signal, c'est à dire à la sortie du lecteur logiciel et avant son émission au périphérique de son. Le vélocité du processeur central à gérer l'égalisation en mémoire apporte il me semble une célérité suffisante pour amputer le traitement de problèmes de gigue supplémentaire liée à la transmission numérique entre boîtiers même à 192KHz sur 32 bits.

D'autre part, ce type d'égalisation permet de mettre en place des filtres très élaborés et précis fort simplement dont on voit le résultat en temps réel, tel sur un équipement à console professionnelle.

Naturellement pour apporter une quelconque efficacité et un meilleur équilibre à la restitution il faut définir les bonnes valeurs à modifier en fonction de mesures précises effectuées dans le local d'écoute. Le bémol est à mon sens qu'à chaque fois que quelque chose change (position d'une enceinte, position générale d'écoute, câbles, équipements), la mesure doit être refaite pour ajuster ces valeurs. L'idéal étant de disposer d'un équipement capable de mesurer en permanence l'acoustique de la pièce et d'en déduire le filtre idéal toutes les périodes de temps données.

Pour le moment, je n'ai pas trouvé de tel système purement logiciel, la mesure devant toujours être effectuée manuellement.

L'article que je vous propose ci-après montre comment prendre la mesure d'un système à l'aide d'outils simples, gratuits et à portée de chacun. La seule petite difficulté sera pour vous de jongler avec les valeurs issues du logiciel et de les transformer sous Excel avant de pouvoir les injecter dans l'égalisation active.

Si le résultat lors des premiers essais n'a pas été forcément au rendez-vous, il s'est amélioré avec ma technicité et je dois avouer qu'il permet de parfaire l'ensemble de manière fort intéressante. Si le traitement égaliseur  ne remplace naturellement pas le traitement secteur et les câbleries de qualité, il apporte un gain supplémentaire sur un autre registre, celui de l'équilibre général de la restitution et sur l'étagement des plans qui gagnent en naturel.

L'idée n'est pas de chercher à corriger à tout prix tous les creux et bosses de la courbe mesurée, d'une part car les micros de mesures que l'on achète pour le grand public dans le commerce sont faillibles et gardent un niveau de marge de mesure en pourcentage et d'autre part car à vouloir jouer le jeu des compensations de manière trop importante, on peut obtenir l'effet contraire du fait de l'imprécision relative des mesures.

L'atténuation que l'on peut appliquer sur le haut du spectre ne m'a pas montré d'influence audible fort marquée ou tout du moins évidente à l'usage. J'ai finalement programmé une pente douce sur les conseils de Dominique Pétoin (http://petoindominique.fr/) que je remercie au passage pour ces informations fort utiles.

Afin de réaliser cette évolution du PC Audiophile, il faudra vous munir de différents éléments au préalable :

  • un micro de mesure quelconque (j'ai testé un Superlux ECM999 et un Behringer ECM8000)
  • un câble XLR Mâle / Femelle pour brancher le micro sur le système de prise de son (j'utilise un 

    Cable de 3m - SP1000M10)

  • une carte son de qualité de préférence externe pour mieux contrôler son alimentation, j'utilise plusieurs modèles Phonic, pour simplifier je propose d'utiliser le modèle simple Phonic Firefly 302 USB.
  • une paire de câbles de modulation pour connecter la carte son à l'amplificateur et boucler la sortie pour mesurer la carte
  • une alimentation externe de grade médical pour assurer un minimum de bruitage du DAC.
  • le logiciel Room Equalization Wizard pour effectuer les mesures
  • le logiciel d'égalisation active apQualizr, tout autre pourrait convenir, cependant celui-ci fonctionne parfaitement et permet de créer des filtres très volumineux à volonté, notez toutefois son prix de 49€.

Une fois ces éléments réunis vous pouvez lire la procédure de mesure et de configuration que vous allez trouver sur mon site web à l'adresse suivante : https://sites.google.com/site/musiqaudiophilefr/mesures-et-egalisation

la procédure est actuellement en construction, dès sa finition je mettrai le billet à jour !

Bonne lecture
Musiq

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire