mercredi 30 décembre 2009

Banc d'essai - La borne Apple Airport Express

La borne Apple existe en plusieurs version.

La première version sortie souffrait de défauts de jeunesse qui semble-t-il ont été adressés dans la nouvelles version.


Outre ses fonctions intégrées de point d'accès (Access Point - AP) et de serveur d'impression via le port USB, il est possible d'accéder à ses fonctions à travers le réseau Wifi et également par un câble Ethernet à 100Mb/s. Il est à noter que le débit supporté par la borne est conforme à la norme (draft) 802.11n  et permettra d'assurer un transfert du flux musical plus facilement si d'autres opérations réseaux sont en cours ou si d'autres réseaux perturbent le signal nominal.

La fonction qui en l'occurrence intéresse le monde audiophile est la fonction de diffusion de musique.

La diffusion de musique utilise une technologie propriétaire d'Apple basée sur Airtunes. Un Ordinateur Mac ou PC exécutant iTunes doit être lancé. L'application iTunes peut lire les fichiers musicaux stockés sur l'ordinateur ou tout partage sur le réseau local (autre ordinateur, NAS). iTunes utilise une seconde application Quicktime d'Apple pour jouer le morceau de musique. Quicktime dispose d'un mécanisme permettant de jouer les morceaux dit "bit perfect" une fois celui-ci configuré :

Ouvrez Quicktime et sélectionnez dans le menu Edition/Préférences/Préférences Quicktime... :


Une fois la fenêtre affichée, sélectionnez la destination de lecture comme la carte son par exemple, puis "Session audio de Windows".

Vérifiez également que les informations sur le fichier de sortie sont bien à 16 bits et 44.1KHz, le système Airtunes n'est pour le moment pas capable de diffuser autre chose que l'échantillonage de type CD.

Pour conserver la chaine de diffusion d'un bout à l'autre en "bit perfect" vous devez veiller à régler tous les périphériques de votre ordinateur à 16 bits et 44KHz. Par défaut certains ordinateurs sont réglés pour la lecture de DVD à 16 bits et 48KHz.

Quelquesoit le format du fichier sonore utilisé (WAV, AAC, ALAC ou MP3), le travail effectué par iTunes via Quicktime consiste à transformer le fichier sonore joué en format compressé sans perte (ALAC - Appel Lossless Audio Codec) afin d'optimiser sa taille de transfert. La couche de communication réseau Airtunes se charge ensuite de diffuser le contenu du fichier sur la borne distante. Il ne s'agit pas d'un transfert de fichier asynchrone au sens informatique mais bien d'une diffusion de flux compressé à distance. Si le débit vient à baisser sur la liaison, il se peut que des coupures de son arrivent. En réseau 802.11n la chose est plutôt rare, par contre sur une liaison à 54Mb/s cela est tout à fait possible du fait de la multiplicités des publications (broadcasts/multicasts) et dialogues entre les systèmes informatiques connectés également sur le réseau sans fil.

L'alimentation de la borne, bien que revue reste rudimentaire et vue la compacité de l'ensemble il en faut pas s'attendre à un dispositif dont l'alimentation soit parfaitement silencieuse au sens audio du terme.

Cela dit le travail réalisé par les ingénieurs d'Apple est tout de même remarquable dans la mesure où la sortie analogique reproduit la musique avec somme toute une bonne fidélité. Elle satisfera sans aucun doute l'amateur de musique à l'écoute sur un système d'entrée de gamme en apportant une restitution au médium légèrement flatteur et un peu crispé sur le medium-aigu. Les extrémités du spectre sonore ne sont pas spécialement soignée, mais à vrai dire pour le style de matériel d'amplification visé il suffit amplement.

Dans cette configuration, deux petites améliorations sont possibles pour tempérer le côté caricatural de la scène et se rapprocher des timbres originaux :
  • L'adjonction d'un cordon d'alimentation moins rudimentaire apporte un peu plus de véracité sur les timbres du médium et tempère donc un peu l'aspect "rentre-dedans". J'ai personnellement opté pour un câble DIY à base de connecteur Shuko, câble Yarbo et connecteur IEC 2 pôles.




  • L'utilisation d'un câble de modulation d'une grande transparence et au caractère calme pour tempérer la mise en avant. J'ai opté pour un câble fait sur mesure à l'aide de connecteurs Furutech FP-126 et de câble  47 Laboratory OTC 4708.



La borne est également utilisable en tant que "drive virtuel". Elle peut à l'aide d'un connecteur miniJack-TOSLink mâle transférer le flux audio reçu sous forme numérique par fibre optique. J'émmet cependant une légère réserve sur la qualité intrinqèque de "drive" de la borne. Sachant que les composants de traitement du signal optique sont souvent fort négligés dans les équipements audio, ceux-ci se concentrent souvent sur les étages de conversion S/PDIF (liaison coaxiale 75 Ohms) et AES/BDU (liaison symétrique 110 Ohms).

Du coup il conviendra je pense de sélectionner un DAC équipé d'une entrée optique soignée si l'on souhaite aller très loin en compagnie de cette borne.



J'ai d'autre part observé qu'il fallait un grand nombre d'heure pour que la borne arrive à un niveau de restitution agréable. Le rodage semble être un passage important et obligatoire tout comme la recherche de la phase située à priori comme ci-après :



En conclusion je pense que c'est un excellent produit qui permet d'aller dans la direction d'une bibliothèque de disques dématérialisés sans grand investissement. Naturellement pour aller chercher une restitution plus fidèle et naturelle il faudra se tourner vers d'autres produits tels que les bornes modifiées proposées aujourd'hui sur le marché ou les équipements audiophiles des constructeurs traditionnels qui commencent à apparaitre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire